Le Miscanthus, une culture vertueuse pour l’environnement


Originaire du Sud-est asiatique, le Miscanthus est une graminée vivace à rhizomes dont la durée de vie est supérieure à 15 ans. Stérile donc non invasive, elle est plantée principalement sur des terres agricoles à vocation non alimentaire. Sa culture ne concurrence donc pas les productions céréalières ou sucrières. La plante s’adapte très bien sur des sols non agricoles tels des remblais carriers et sa grande tolérance aux métaux lourds, la prédestine à la reconquête de sols pollués.

  • Son utilisation et sa rentabilité agricole et industrielle sont opérationnelles dès la deuxième année.
  • Sa récolte annuelle peut perdurer durant 20/25 ans.
  • Son rendement, supérieur à 15 tonnes par hectare est exceptionnel.
  • Sa culture ne nécessite aucun apport en eau autre que les pluviales et ne nécessite aucun apport de produits chimiques : engrais, pesticides, herbicides, fongicides...
  • Sa culture peut occuper des terres non fertiles donc, pas de compétition avec les cultures vivrières/alimentaires. Il peut être cultivé sur des terres marginales polluées, car son rizhome (racine) concentre les métaux lourds.
  • Le Miscanthus maintient et favorise la bio diversité au sol.
  • Résistante, cette plante se défend contre la quasi-totalité des agents pathogènes.
  • Ses fibres cellulosiques

Aujourd’hui la grande majorité des biocomposites utilise comme végétal, le chanvre, le lin, le bois ou encore en moindre quantité le sisal, le jute, la noix de coco... Le Miscanthus apporte une véritable nouveauté, non alimentaire, non cotée sur les marchés internationaux, sa culture ne nécessite aucun pesticide... (cf. rapport d’Agrobase qui recense les différents produits bios polymères, www.agrobaseapp.com).

Le Miscanthus est une culture pérenne mise en place pour une durée d’au moins 15 ans. Elle offre déjà des débouchés économiques intéressants : litières, biocombustible, paillage horticole, avec des externalités positives nombreuses pour le producteur et son territoire :

  • Création d’aménagements à forte valeur ajoutée écologique et économique
  • Protection ou préservation de la qualité des eaux de surface et souterraines
  • Lutte contre l’érosion et les coulées boueuses
  • Renforcement ou création d’îlots favorable à la biodiversité
  • Réduction des émissions de CO2 (absence de travail du sol, zéro phyto, stockage de carbone et de métaux lourds).
  • Dépollution de sols pollués aux métaux lourds

C’est aussi une opportunité de valoriser des terres marginales où le Miscanthus rendra des services environnementaux (parcelles polluées, zones très sensibles à l’érosion, périmètre rapproché de bassin de captage d’eau potable).